N-COV de Wuhan

Dans Revue de presse/Société

Cas de pneumonies associées à un nouveau coronavirus (2019-nCov) à Wuhan, en Chine

Point de situation sur un épisode de cas groupés de pneumonies associées à un nouveau coronavirus (2019-nCov) dans la ville de Wuhan, en Chine Mis à jour le 22 janvier 2020

DOSSIER THÉMATIQUE 22 JANVIER 2020Infection à coronavirusLes coronavirus sont très répandus et peuvent causer des maladies généralement bénignes chez l’Homme. Cependant, deux d’entre eux ont entrainé de graves épidémies : le SRAS-CoV et le Mers-CoV. EN SAVOIR PLUS

Chiffres clés au 22 janvier 2020

  • 448 cas confirmés d’infection par le 2019-nCoV
  • 9 décès à Wuhan, Chine
  • 12 provinces de Chine continentale ainsi que Taiwan et Macao déclarent des cas
  • 4 autres pays ont confirmé un ou plusieurs cas importés : Thailande, Japon, République de Corée, Etats-Unis

Résumé de la situation

Le 31/12/2019, l’OMS a été informée par les autorités chinoises d’un épisode de cas groupés de pneumonies dont tous les cas avaient un lien avec un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan, en Chine, le Huanan South China Seafood Market. Le 09/01/2020, un nouveau coronavirus (2019-nCoV) a été identifié comme étant la cause de cet épisode. Le marché a été fermé et désinfecté le 1er janvier, mais la source d’infection n’a pas été identifiée à ce jour.

Parmi les 41 premiers cas détectés à Wuhan, la plupart travaillent dans le Huanan South China Seafood Market où des animaux vivants sont vendus, ou l’ont fréquemment visité, indiquant une probable contamination d’origine animale

Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire aiguë (fièvre, toux), mais des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires détectables radiologiquement compatibles avec des infiltrats bilatéraux étendus sont également décrits, ainsi que des formes plus sévères.

La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée, sur la base des informations disponibles attestant notamment de cas de transmission entre personnes d’une même famille, ou de patient à soignant. Toutefois les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’évaluer le degré de facilité avec laquelle le virus se transmet d’homme à homme. D’autre part, il est probable que la source d’infection demeure active. 

A l’heure actuelle le risque d’introduction en France de cas liés à cet épisode est considéré comme modéré, toutefois des cas importés de Wuhan sont susceptibles d’être détectés en raison des liaisons aériennes directes fréquentes avec Paris. Cependant, le risque de propagation secondaire du virus dans la population française est considéré actuellement comme très faible.

En lien avec le CNR Virus des infections respiratoires, la Direction générale de la santé et les infectiologues (COREB), Santé publique France a élaboré un dispositif de surveillance renforcée destiné à détecter d’éventuels cas importés. Dans ce cadre, une définition de cas et une conduite à tenir face à un patient suspect revenant de Wuhan sont disponibles ci-dessous.

Pour aller à la source du texte, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*